Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2016

AMITIÉ, AMOUR, TOUJOURS ET A JAMAIS !

« Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants. » Le Château de ma Mère. Marcel Pagnol. 

 

André Marcel, A. Pédrola Le Rocher 1940.jpg

 

Une joie, fulminante, celle des retrouvailles inattendues avec André Pédrola, 87 ans alors, un ancien de la rue Trémolières. Grâce à Coursan (Lulu Auret dit Pilule), entre le Canada, Fleury et la Réunion, sur moins de deux ans, une cataracte de mots à rendre jalouses les Chutes du Niagara, les tempêtes du Grec et les cyclones de l'Indien réunis : des échanges qui ont rempli des pages et des pages de bienveillance, de souci de l’autre, d’amour, pour le dire en un mot !
L’inévitable et inoubliable chagrin qui s'ensuivit ne saurait être sans l’attachement qui en fut la cause.
 

Les cerisiers fleurissent au village, pour Pâques déjà.
Entre quelques pieds de muscat, entre la maison d’André et la nôtre, celui de mon grand-père éblouissait le voisinage. Aujourd’hui, demeure le symbole, fragile certes mais aussi fulgurant qu’infini, de ce qu’une amitié vraie peut porter et ça, il faut absolument le dire aux enfants ! 

 

André Pédrola. Trains_de_la_Mure (anthracyte pure à 95 % !).jpg

 

Au début des années 50, avec son Renault 3 tonnes, "cabine avancée" André est parti travailler à la centrale du Villaret. Il raconte :

«... Le printemps venu, un ouvrier du coin qui travaillait avec nous m'a dit , je connais un gars du Villaret qui a une petite maison à louer.
Je suis allé la voir le soir même, un peu déçu de trouver une toute petite masure en très mauvais état. Encore plus déçu lorsqu'il m'a dit que son ami demandait 10 000 f par mois :
« Voyons as-tu vu les réparations ? »
Réponse si tu veux faire des réparations libre à toi, mais à tes frais. Il a ajouté demain je dois le faire voir à un autre potentiel locataire.
Je voulais tellement avoir les miens avec moi, que j'ai accepté de me faire arnaquer. Et je savais par qui, n'ayant jamais rencontré le soi-disant propriétaire. Tous les copains m'ont aidé à faire ces travaux à peu de frais, récupérant les matériaux sur le chantier.
À Pâques je suis descendu dans le Midi pour récupérer les êtres les plus chéris au monde. En arrivant dans notre nouveau univers, j'avais peur que ma douce moitié trouve le logis minable. Elle m'a dit : c'est le plus beau parce que c'est le nôtre.
Il ne payait pas de mine avec sa porte et ses volets verts, collée contre le petit bistrot de Basile. Sis sur la rue la plus haute de ce petit village, peuplé d'une centaine de mineurs. Au dernier tournant pour accéder à la rue, il y avait une petite ferme. Le fermier me permettait de stationner mon auto dans sa cour. Lorsque je lui avais demandé combien ça me coûterait, il m'avait répondu : entre voisins il faut bien s'entraider. C'était vraiment un bon gars accommodant, tous les enfants du village venaient jouer dans sa cour.
Ma petit Dany avait trouvé un petit copain, le plus jeune fils du fermier, qui avait 7 où 8 ans. Notre fille l'accompagnait pour garder les vaches , dans le pré juste au-dessus de la maison. Simone allait leur porter le goûter vers les 15h . Le petit Jean-François avait trouvé , dans cette cour, le terrain de jeu idéal. Avec ses nouveaux compagnons de jeu, ils fouillaient dans tous les coins. Un jour Simone a vu un schtroumf sortir de la cour , il s'était renversé un pot de peinture bleue sur la tête.
Pauvre maman , malgré des heures de shampooinage et de lavage à la brosse, le fouineur a gardé son ventre bleu plusieurs jours...»
André Pédrola (1923 - 2012).  

 

C'étaient ses bons vœux de Pâques 2010. 

 

Pédrola4.JPG

 

 Photos 1. André, François (papa) et Marcel du pays de Sault sur le rocher à Saint-Pierre (1940).
2. le «petit train» de la Mure (wagons d’anthracite pure à 95 % !) / commons wikimedia / auteur Trams aux fils 2010.
3. André et Simone (déc 2010)

25/12/2015

EN LAURAGAIS, DES SOUVENIRS AUSSI PRÉCIS QUE PRÉCIEUX... / Noël en famille.

Saint-Felix-Lauragais_31.jpg

 

EN LAURAGAIS, DES SOUVENIRS AUSSI PRÉCIS QUE PRÉCIEUX...
Né au Mas Saintes Puelles le 22 juillet 1923, Alfred Cazeneuve a passé son enfance dans ce village du Lauragais audois, entre Castelnaudary et le Seuil de Naurouze. Dans "Le Goût de la Vie dans le Lauragais d’Autrefois" (La Gouttière, mars 2005), il raconte la fête de Noël vers 1930 avec un père Noël s’émancipant de la religion omnipotente, une autre idée de la bûche, une vision arrêtée du réveillon. Extraits :
    « .../... Des santons, beaucoup de papier multicolore plantant le décor, des anges, statuettes dont l’une avait la tête articulée et qui semblait dire merci quand une pièce de monnaie était glissée dedans. Je me souviens avoir mis, tout gosse, des pièces dans cet "ange". L’abbé Rieux nous avait distribué, une fois, une pièce de deux sous au cours du catéchisme et nous avait accompagné à la crèche pour la remettre à l’ange. Il était sûr de récupérer l’argent à la sortie !... /...
    Les gens avaient veillé, même les enfants ; ils avaient passé la veillée de Noël au coin de l’âtre. On avait mis dans la cheminée la bûche de Noël, une grosse bûche qui devait durer jusqu’à minuit. Avant le départ à la messe, on éteignait le foyer, une étincelle pouvant provoquer un incendie, mais on gardait un bout de tison consumé. Pourquoi ? Certaines croyances voulaient qu’on glisse le tison sous le lit de la parturiente afin que l’accouchement se passe bien.../...
    Le Père Noël allait passer dans la nuit. Les sabots astiqués et cirés étaient alignés devant la cheminée. En rentrant dans la nuit du Loto, le père les garnissait d’un paquet de bonbons, et d’un petit sabot en chocolat dans lequel un petit Jésus tout rosé trônait. Peu de jouets chez les gens modestes : quelquefois un vêtement, des sabots, mais toujours le paquet de bonbons contenant des dragées, des fondants, des pralines. Je n’ai jamais entendu parler de réveillon ! La crèche restait encore quelques jours dans la chapelle, puis, on rangeait les santons pour l’année prochaine.../... »

    Alfred Cazeneuve mentionne aussi un LOTO presque rituel dans les années trente et tel que nous l’avons connu il y a peu encore. Or le nom même de LOTO semble avoir disparu du vocabulaire sans qu’on s’en aperçoive, comme, entre parenthèses, les 40 % des passereaux de nos campagnes... Et parce qu’on se sent bête de n’en rien savoir depuis des mois et des mois, ça fout un coup sur le coupet (occiput, nuque en languedocien) ! J’ai cru un instant que nous en étions plus coupables, à Fleury, où les publications mensuelles font seulement état de « loteries familiales » peut-être réservées aux seuls adhérents d’associations. En fait, la nouvelle appellation, loin de répondre à un effet de mode, semble seulement découler de la législation. Nous la devons à des parlementaires certainement plus vertueux s’agissant du contrôle des bénéfices générés par les lotos que pour l’utilisation très opaque des 500 millions que l’Assemblée s’alloue elle-même avec la loi de finances ! Et comme, sans parler du Médiator et du sang contaminé, nos chers élus se soucient tant de notre santé, les grains de maïs pour marquer sont aussi interdits, des fois qu’ils nous inoculeraient la grippe aviaire !

    Manière de ne pas gâcher la fête avec ces signes de démocratie confisquée, je voulais prendre congé en vous laissant le lien « Couleur Lauragais » pour ce que je n’ai pas repris des écrits d’Alfred Cazeneuve (http://www.couleur-lauragais.fr/pages/journaux/2007/cl98/histoire.html), quand le moteur de recherche m’a mis sous les yeux : http://www.ladepeche.fr/article/2010/09/22/911451-mas-saintes-puelles-un-paysan-poete-nous-a-quittes.html.
    Et moi qui ai raccroché suite à un message de répondeur incompréhensible, pas plus tard qu’hier, alors que je voulais le remercier, demander la permission pour des extraits et souhaiter un bon Noël. Je me suis senti d’autant plus bête qu’un site permet toujours de lui commander ses livres... Et puis je n’avais pu m’empêcher un parallèle avec papa, parce qu’Alfred Cazeneuve suivait, à un an près, parce que les témoignages de cette génération sont des plus précieux et qu’il faudrait être superficiel ou très inconscient pour ne pas trouver leurs capacités admirables et passer à côté de ce que leur expérience liée à une belle mémoire peut nous transmettre.   L’Internet est une belle machine qu’il ne faut pas remettre en question. Il n’empêche, ça fout un còp sur lou coupet !

 

 

Saint-Félix-Lauragais.jpg


Photo Commons Wikipedia : village du Lauragais (Saint-Félix) sur fond de Pyrénées / Didier Descouens. Et 2 auteur Asabengurtza.

31/10/2015

Yves, pêcheur du Golfe (XIII) : “ L’ALLEMAND”, “MARCEL”, “LE BEAU MONDE !” / Fleury d'Aude en Languedoc

 

PIC_1584.JPG

“ L’ALLEMAND”. En été, à la traîne, dès 6 heures du matin, il y avait déjà 200 personnes qui badaient. Un a demandé s’il pouvait photographier et filmer. J’ai répondu qu’il n’y avait pas de problème... Pourquoi refuser à partir du moment qu’on ne te gêne pas dans ton travail ?
A la fin du bol, il a même demandé s’il me devait quelque chose. Quelle question !
Chaque année, il revenait, je me souvenais de lui et une fois, j'ai eu l’idée de lui demander ce qu’il faisait des films.
“C’est que les hivers sont très rigoureux en Allemagne et nous avons beaucoup de plaisir, en famille et avec les amis, à regarder ces beaux souvenirs de l’été, de la Méditerranée !” 

 

PIC_1589.JPG

 

 

“MARCEL”. Quand j’étais aux Cabanes, j’étais copain avec Marcel, un type qui avait échoué de l’autre côté de l’Aude, dans une paillote entre la plage et l’embouchure.... Les gens laissaient entendre qu’il avait un passé louche ; ils ne l’aimaient pas ; il le leur rendait bien, mais moi il m’avait à la bonne ; il vivait surtout de chasse, de pêche, de braconne s’entend... Il savait y faire... Il portait des alouettes aux restaurateurs de Béziers ou des hirondelles à la place... va voir la différence, une fois plumées ! Il avait entrepris de m’apprendre la pêche à la ligne. Si tu savais tous les loups qu’il a pu prendre en remontant l’Aude. Boh, moi, je suivais sans trop profiter des leçons... tu comprends, quand tu as les bastets du maître-nageur (voir le premier épisode) et la peau déjà cuite par le sel, la canne et lou moulinet (en occitan ce “t” final se prononce), c’est pour les demoiselles. Par contre lui, je sais pas comment il faisait mais avec une carabène et un coton, il était fort... et il ne s’en cachait pas, au contraire même... Il avait le chic pour s’en aller ferrer, en deux temps trois mouvements, juste au nez d’un de ces beaux messieurs de la ville, avant de recommencer devant le suivant alors qu’eux ne prenaient rien ! Ils en étaient babas, je te dis que ça !..
Les gens l’aimaient pas... soi-disant qu’il avait tué un garde-chasse et qu’il était là parce qu’interdit de séjour... Va savoir...” 

Alauda_arvensis Ómar Runólfsson Denmark Commons wikimedia.jpg

Hirondelle par Haltostress Commons wikimedia.JPG

 

“LE BEAU MONDE !”. “ Tu sais qu’on peut être bête, saes (1), quand tu penses que pendant des années, pour le 14 juillet et le 15 août, on a régalé du beau monde... Ah, parlons-en du gratin ! C’est ma tante qui invitait la bonne société de Mazamet mais c’est nous qui étions bons pour la bouillabaisse, depuis le matin !.. ma pauvre mère surtout, aux fourneaux, dès l’aurore ! Et pour des gens riches qui portaient même pas le pain ! Cal esse bestio, saes !(“Il faut être bête, tu sais !")

(1) contraction de sabes, “tu sais” du verbe saupre = savoir alors que le nom “savoir” se dit “saber”... sauf fausse interprétation de ma part...

photos 1 & 2 La plage entre Les Cabanes et Saint-Pierre.
3 & 4 commons wikimedia hirondelle auteur Haltostress / alouette auteur Ómar Runólfsson Denmark
5, 6 & 7 assortiment, bouillabaisse.

PIC_4115.JPG

PIC_4116.JPG

 

PIC_4114.JPG