Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/11/2014

BONJOUR SALLES, BONJOUR LES FAGOTS !

« Fleury est sale, Salles est fleurie...": Sabarthès qui n’avait pas à s’embarrasser des guéguerres entre villages, note cependant «L’Ètang-Pudis, anc. étang, commune de Salles-d’Aude / A l’Estang Pudis, 1701 (comp., p. 6) / Estampudis (cad.)(1) ».

 

15037474511_730dd79514_n.jpg

Route de Nissan avec, à gauche le tènement L'Estampudis.

 


Si mes trufarios rappellent un temps heureusement révolu de piques et de bisbilles entre nous, retenons plus sérieusement que des marécages ont accompagné le colmatage, par l’Aude, du bras de mer entre la Clape et les collines de l‘Hérault. Des salines existaient à Coursan, et à Salles, l’archevêque tirait bénéfice d’une « poignée de poissons qu’il prend au rivage » (2). La présence, encore de nos jours, de nombreux marais, témoigne toujours de ce travail du fleuve : étangs de Capestang, de la Matte (Lespignan), de Vendres, de « la Matte » et de Pissevaches qui subsistent de ce qui fut l’Étang de Fleury (3).
Le nom Salles viendrait du francique « Saal » voire du germanique « sala » (château, demeure fortifiée, manoir) (2).

Mentions du nom dans le dict. topograhique de Sabarthès :
Salles d’Aude 966 église dédiée à St-Julien
Salae 966, Castrum de Salis 1322, Salas 1402, Al loc de Sallas..., Salhas 1537, Salles 1781, Sàlos (vulg.) (4)

Autres mentions concernant le lieu :
Combe d’Alprat moulin à vent Salles 1781
Taysseferrals moulin vent Salles 1781
La Lauze moulin à vent Salles 1781
Le Moulin à vent, écart, Salles : la Moulinasse moulin ruiné Salles

Besplas 1701
Le Bosc bergerie 1781
L’Etang-Pudis 1701
Salles : A capite de l’Estanhol 1322 (Céleyran)
Fontpétière lieu dit
Gairèzes lieu dit ancien fief royal Salles et Fleury 1322
Gauthier écart
Granouillet ferme 1781 Granouilhet 1701
Jasse de Claret bergerie
Lamotte ferme 1781
Maison du Pontonnier écart
Maurel ferme
Le Pech château et ferme
Les Portes ferme
Pépy écart
Rouch ferme / Rouch et Dalbosc 1763
Saint-Blaise chapellenie 1701
Saint Cassian chapelle rurale de Céleyran fondée par Charlemagne Sanct cassian de Cereyran 1404
Saint-Louis ferme.

En 1912, Sabarthès indique quatre moulins sur la commune et ces mentions évoquant le blé à moudre laissent une impression de quiétude pour une époque où le pain constituait l’essentiel de la nourriture. Au-delà de la vision bucolique et prospère d’un Maître Cornille sallois avant que la minoterie à vapeur ne s’en mêle, me revient l’étude fouillée qui en a été faite sur le site officiel d’Armissan. Son auteur, en effet, se demande si les paysans ne sont pas redevables de leurs meilleures conditions de vie à la construction des moulins, "ordonnée" par Bonaparte. S’il est incontestable que l’organisation de la France a été prise en main autoritairement par le Premier Consul qui décide même des surfaces devant être cultivées (la spéculation n’est plus possible sur le marché des grains, la corruption combattue,les brigands éliminés, les routes rendues sûres...), la pression étatique portée par les préfets, les contrôleurs, les percepteurs n’en demeure pas moins forte et l’amélioration de la condition paysanne vient avant tout des bonnes récoltes enregistrées déjà sous le Directoire (un moulin construit à Armissan), entre 1796 et 1799 puis sous le Consulat et l’Empire jusqu’en 1809 (5) (6). 

 

Moulin_cucugnan_rear.JPG

Cucugnan, moulin d'Omer, récemment restauré.

 

Nous reviendrons sur les moulins et plus particulièrement les meuniers pour la fiche concernant notre village parce qu’on ne saurait passer sous silence l’affaire du moulin de Fleury...

Entre Fleury et Salles, en plus de la cave coopérative et du rugby, bien sûr que des liens aussi amicaux que familiaux nous lient à ceux qui sont plus que nos voisins. Des Sallois illustres marquent nos mémoires communes : Alexandre Macabiès (« Escrivi coumo lou pople parlo...» , Clovis Roques, Jean Camp qui, serait-ce a contrario, dit si bien que nous sommes du même pays, du même moule :
« ... S’as doublidat toun bel terraire,
Ses pas mai das nostris, goujat ! » Lou Doublidaïre 1916.

(1) Toujours mentionné sur la carte IGN Béziers au 25/1000ème entre l’Aude et les canaux de France et des Anglais qui drainent l’Étang de Capestang.
(2) SOURCES : Vilatges al Pais / canton de Coursan / Francis Poudou et les habitants du canton / 2005. Pour les anciennes mentions des villages, la bibliographie mentionne expressément le dictionnaire topographique de Sabarthès.
(3) ne pas confondre avec l’étang depuis longtemps desséché de Fleury que nous connaissons sous la simple appellation « L’Étang » dans, pour, par exemple, notre ancien stade « de l’Étang ».
(4) Dans le Trésor du Félibrige de Mistral, plusieurs entrées concernent Salles-d’Aude : Salo-d’Aude, Saloi, Saloio, fagot = sobriquet des gens de Salles-d’Aude.
(5) Sous le Directoire, période transitoire d’instabilité tant extérieure qu’intérieure, qui voit l’armée garante des coups d’état pour le maintien en place des Directeurs, alors qu’une minorité de parvenus jouit de richesses rapidement acquises (indécence aussi des Muscadins, Incroyables et autres Merveilleuses) et que le peuple meurt de faim, les récoltes furent heureusement bonnes entre 1796 et 1799 : davantage de pommes de terre, progrès de la culture du tabac, des plantes fourragères et surtout de la vigne. La production de blé restera bonne jusqu’à la récolte de 1809 mais les récoltes de 1810 et 1811 furent déficitaires et cette dernière provoqua la disette et les troubles. SOURCES : Malet-Isaac, Les Révolutions (cours de seconde 1960).
(6) Pour conclure sur les moulins à blé et l’interrogation résultant de la consultation de la topographie de nos villages, une considération sur le nombre de moulins à vent (12000) qui a explosé sur les trois derniers siècles du Moyen-Age. Ils ont surtout pris en charge la part alimentaire dévouée jusque là aux moulins à eau, à l’implantation beaucoup plus ancienne et bien plus lente (10000 en 1000 ans). SOURCES : Les Premiers moulins à vent, Robert Philippe, Annales de Normandie, année 1982, volume 32, numéro 32-2 pp. 99-120.
En 1802, alors que Chaptal est au ministère de l’Intérieur, on compte 66000 moulins à eau, 10000 moulins à vent. Il en demeure moins de la moitié un siècle plus tard (37051), plus de 6000 étaient encore en activité en 1950 et seulement 650 voilà une vingtaine d’années. 

112017855.jpg

Depuis l'ancien pont, vue sur l'Aude en aval.

Photos : Cucugnan, moulin d'Omer restauré... peut-être libres du site flickr.com. Route de Nissan et ancien pont... parce que c'est seulement lorsqu'il est refait que l'on se dit mais trop tard qu'on aurait dû prendre l'ancien en photo !
N'hésitez pas à envoyer vos photos, par exemple de l'horloge de la mairie ou du château de Salles...

Les commentaires sont fermés.