Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/10/2015

CAMINANTE (oubli)

Une, encore, qui a chanté le chemin de l’exil dans les îles, Césaria Evora : 

 

cesaria Evora commons wikimédia.jpg

       Cesaria Evora / photo Silvio Tanaka / commons wikimedia

   

 « Quem mostra' bo (Qui t’a montré)

    Ess caminho longe ? (Ce long chemin)

    Quem mostra' bo (Qui t’a montré)

    Ess caminho longe ? (Ce long chemin)

    Ess caminho (Ce chemin)

    Pa São Tomé ? (Pour São Tomé ?)

 

    Sodade sodade (saudade, saudade)

    Sodade (saudade)

    Dess nha terra Sao Nicolau (De ma terre de São Nicolau) »

 

    Laissez-moi à cette saudade, à cette nostalgie, déclinées dans nos langues romanes (1). Ce mal du pays, qui se conjugue avec la mélancolie du temps qui passe, meurtrit mais forme l’âme et la renforce aussi...

    « Pour autant que vaille un homme, il n’aura jamais de plus haute valeur que celle d'être un homme. » (Antonio Machado).

 

(1) Alliées au français, le castillan, l’occitan, le portugais sans oublier de citer l’italien pour l’interprétation de Guantanamera par Caramel ou son adaptation par Zucchero...

Les commentaires sont fermés.