Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2016

AMITIÉ, AMOUR, TOUJOURS ET A JAMAIS !

« Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants. » Le Château de ma Mère. Marcel Pagnol. 

 

André Marcel, A. Pédrola Le Rocher 1940.jpg

 

Une joie, fulminante, celle des retrouvailles inattendues avec André Pédrola, 87 ans alors, un ancien de la rue Trémolières. Grâce à Coursan (Lulu Auret dit Pilule), entre le Canada, Fleury et la Réunion, sur moins de deux ans, une cataracte de mots à rendre jalouses les Chutes du Niagara, les tempêtes du Grec et les cyclones de l'Indien réunis : des échanges qui ont rempli des pages et des pages de bienveillance, de souci de l’autre, d’amour, pour le dire en un mot !
L’inévitable et inoubliable chagrin qui s'ensuivit ne saurait être sans l’attachement qui en fut la cause.
 

Les cerisiers fleurissent au village, pour Pâques déjà.
Entre quelques pieds de muscat, entre la maison d’André et la nôtre, celui de mon grand-père éblouissait le voisinage. Aujourd’hui, demeure le symbole, fragile certes mais aussi fulgurant qu’infini, de ce qu’une amitié vraie peut porter et ça, il faut absolument le dire aux enfants ! 

 

André Pédrola. Trains_de_la_Mure (anthracyte pure à 95 % !).jpg

 

Au début des années 50, avec son Renault 3 tonnes, "cabine avancée" André est parti travailler à la centrale du Villaret. Il raconte :

«... Le printemps venu, un ouvrier du coin qui travaillait avec nous m'a dit , je connais un gars du Villaret qui a une petite maison à louer.
Je suis allé la voir le soir même, un peu déçu de trouver une toute petite masure en très mauvais état. Encore plus déçu lorsqu'il m'a dit que son ami demandait 10 000 f par mois :
« Voyons as-tu vu les réparations ? »
Réponse si tu veux faire des réparations libre à toi, mais à tes frais. Il a ajouté demain je dois le faire voir à un autre potentiel locataire.
Je voulais tellement avoir les miens avec moi, que j'ai accepté de me faire arnaquer. Et je savais par qui, n'ayant jamais rencontré le soi-disant propriétaire. Tous les copains m'ont aidé à faire ces travaux à peu de frais, récupérant les matériaux sur le chantier.
À Pâques je suis descendu dans le Midi pour récupérer les êtres les plus chéris au monde. En arrivant dans notre nouveau univers, j'avais peur que ma douce moitié trouve le logis minable. Elle m'a dit : c'est le plus beau parce que c'est le nôtre.
Il ne payait pas de mine avec sa porte et ses volets verts, collée contre le petit bistrot de Basile. Sis sur la rue la plus haute de ce petit village, peuplé d'une centaine de mineurs. Au dernier tournant pour accéder à la rue, il y avait une petite ferme. Le fermier me permettait de stationner mon auto dans sa cour. Lorsque je lui avais demandé combien ça me coûterait, il m'avait répondu : entre voisins il faut bien s'entraider. C'était vraiment un bon gars accommodant, tous les enfants du village venaient jouer dans sa cour.
Ma petit Dany avait trouvé un petit copain, le plus jeune fils du fermier, qui avait 7 où 8 ans. Notre fille l'accompagnait pour garder les vaches , dans le pré juste au-dessus de la maison. Simone allait leur porter le goûter vers les 15h . Le petit Jean-François avait trouvé , dans cette cour, le terrain de jeu idéal. Avec ses nouveaux compagnons de jeu, ils fouillaient dans tous les coins. Un jour Simone a vu un schtroumf sortir de la cour , il s'était renversé un pot de peinture bleue sur la tête.
Pauvre maman , malgré des heures de shampooinage et de lavage à la brosse, le fouineur a gardé son ventre bleu plusieurs jours...»
André Pédrola (1923 - 2012).  

 

C'étaient ses bons vœux de Pâques 2010. 

 

Pédrola4.JPG

 

 Photos 1. André, François (papa) et Marcel du pays de Sault sur le rocher à Saint-Pierre (1940).
2. le «petit train» de la Mure (wagons d’anthracite pure à 95 % !) / commons wikimedia / auteur Trams aux fils 2010.
3. André et Simone (déc 2010)

14/02/2016

LA BÊTE IMMONDE LAÏCARDE ! / France en Danger

laïcité wiki com auteur Vassil.jpg

 

Une France intégriste assaillirait les musulmans !  
L’attaque vient d’un Jordanien aux States, abrupt, borné comme peuvent l’être les agents masqués du fanatisme. La malignité n’empêchant pas l’anachronisme grossier, il nous croit encore sous l’ère Sarko... Ce n’est pas sans rappeler le trait « vieille France » pas si forcé que ça, d’un éminent mickey, Donald Rumsfeld (pardon, à y être, de régler de vieux comptes...). Pour en revenir à notre scribouillard, l’usage de l’anachronisme plus lointain et historique reste plus grave : il donne dans cette réflexion primaire consistant à accabler, même s’il le mérite, le colonisateur plutôt que le colonialisme, un parti pris au ras des pâquerettes qui n’a pas pour but d’élever les consciences, une analyse de blocage et non de progrès...
    
C’est donc un nommé Joseph Massad qui a titré « Assimilation des français musulmans « Merci très peu pour nous »». Soit mais la nationalité oblige à une implication a minima, indispensable au « vivre ensemble », non ?... Des fourmis d’espèces différentes ne pouvant que se faire la guerre...
En illustration, nous avons droit ensuite à un dessin nauséeux, les crayons de Charlie en lieu et place des tours jumelles et le 7 janvier remplaçant le 11 septembre... avec, en prime, la légende stupéfiante suivante « Les assaillants de Charlie Hebdo ne faisaient-ils que suivre l’exemple de la culture dominante de la France ? (Stephen Lam / Reuters) »

Dès la deuxième ligne, la mention "Américains de race blanche" vient confirmer le malaise : ils seraient les seuls, avec les Européens de l’ouest à apprécier, la mode, la cuisine et un way of live "romance de Paris". (C’est un détail mais, par déduction, les Russes, les Chinois, les Japonais, les riches du Golfe et de partout, n’apprécieraient pas, eux !).
Poursuivons avec la redondante "race blanche" outre Atlantique, qui, ouvrant ses colonnes à Marine, exprimerait à notre égard plus d’amour que de haine (???)
Il n’empêche que pour le reste du monde, nous ne serions que des "assassins et tortionnaires chevronnés" dont la langue raffinée servirait plus à « enrober les douleurs et les souffrances indicibles qu’ils infligent à des millions d’innocents. »... Il parle de nous et ajoute qu'en plus, serions scandalisés que quiconque ne pensât point comme nous...
Fin de l’introduction et ça sent bien le soufre ! 

Suit le paragraphe sur la barbarie coloniale, l’Indochine, Madagascar... Joseph, tant il a de rancœur en bouche, en oublie le massacre de Sétif. Suivent de longues descriptions des atrocités commises mais rien sur le pénis coupé enfoncé entre les dents comme si la sauvagerie ne constituait pas un mal trop bien partagé entre tous.
Intéressant aussi le détail sur les victimes jetées d’un avion qui autorisent l’assertion de l’auteur sur l’orgueil excessif que la France en ressentit ! (???) Il est persuadé par ailleurs de la préméditation de ces cruautés (brûler vivant, violer...). Sinon, cela ne nous exonère pas de sonder nos consciences pour les millions de morts causés... Cela ne justifie pas non plus d'accuser tout un peuple : ce n’est pas parce que l’État turc ne reconnaît pas sa responsabilité dans le génocide arménien que tous les Turcs doivent être montrés du doigt, exemple parmi le trop grand nombre d’exemples malheureusement susceptibles d’être cités ! Et ce monsieur a encore raison de railler une « mission civilisatrice » qui n’a même pas réussi à civiliser les Français, (quand bien même n’y aurait-il pas que des Français sur Terre). Douloureux de remémorer la honte liée à ce rôle soi-disant positif de la colonisation, faisant l’objet d’une loi minable et provocante par la grâce de certains de nos hurluberlus politiques, ces électrons libres mais disjonctés souvent si dangereux pour nos populations et le Monde par ricochet ! 

La paragraphe sur le catholicisme laïque tend ensuite à prouver que le présent ne fait que prolonger les horreurs du passé ! La France de l'Empire colonial aurait voulu assimiler les indigènes ? C’est trop fort pour être vrai, la logique du dominant consistant avant tout à s’imposer pour exploiter. Par contre en France, dixit l’auteur, les basanés des autres continents et qui plus est, non-chrétiens ne seraient pas assimilables. Seuls le seraient les Européens dont les Hongrois... (Cette insistance tendrait-elle à dater cet article "ressuçé" de l’époque Sarkozy ?)
Joseph nous fait passer ensuite pour de faux partisans de la laïcité, celle-ci restant complètement noyautée par le catholicisme. Le terme, en effet, apparaît sept fois pour qualifier le gouvernement, la culture, l’antisémitisme, la monogamie. Et la laïcité serait une arme permettant toutes les "campagnes sectaires et racistes, officielles et officieuses des catholiques français" ! Est-ce à rapprocher du djihad contre les Croisés ? 

 

laïcité charte wikim commons.JPG



Tout ce réquisitoire, cette litanie d’"attendus" comme un tir de préparation contre la République ! D’après Joseph, pourquoi assimiler de force des "Français d’origine musulmane algérienne" « à une sorte de francité fantasmatique prétendument séculaire ou « laïque » et en aucun cas chrétienne » alors que les Bretons, les Corses, les Basques et les Alsaciens ne le seraient pas encore entièrement.
Encore une parenthèse agaçante à cause de tant d’amalgames exponentiellement anachroniques : Joseph qui en veut vraiment à Sarko insinue que notre ancien président, converti car juif par son grand-père, idiot qui plus est au point de situer l’Alsace en Allemagne (sic), devrait être aussi expulsé comme les imams mis en cause pour non respect des valeurs de la République. De même les prêtres et les rabbins ! (il a oublié Jéhovah et les Mormons...).

 

C'est bien pour défendre nos valeurs que, surmontant le dégoût, il faut absolument aller au bout et désosser ce ramassis de méchanceté idiote et haineuse... D’après ce triste personnage, nous n’aurions pas conscience du manque de raffinement de notre « culture française contemporaine dominante catholique (« laïque »)», notre racisme, à l’instar de celui des Juifs, s’exprimerait plus vulgairement que chez les Anglo-Saxons...
S’ensuit un micmac horripilant entre nos crimes à l’international, la réalité de notre soutien à Daech, de notre hypocrisie face aux décapitations, pratique récente de l’État laïque français dont le dernier exécuté fut un « criminel Français musulman ». (Reprenez votre respiration)  
    
Bouquet final (ouf) : Pourquoi ne pas demander aux Français de s’assimiler aux musulmans, manière d’apprendre la tolérance, puisque seuls les Kouachi et Coulibaly étaient si bien assimilés aux cruautés foncièrement catholiques ! Les musulmans Français (pourquoi une majuscule à l’adjectif) persistent à résister ; ils ne peuvent que répéter un « Non merci » explicite, ou plutôt, dans la langue raffinée des Français : « Merci, très peu pour nous ! »

Si Joseph Massad est professeur en Arabie Saoudite, pardon, à l’université Columbia, je ne comprends plus pourquoi les grandes écoles américaines arrivent à truster les premières places mondiales. Et s'il est capable de nous sortir des trucs aussi intelligents, alors moi, je dois être un grand philosophe qui s'ignore, en moins mortifère j'espère. Triste, en outre, qu’un auteur Avox se compromette avec des scribouillards de cet acabit. Cela ne peut que promouvoir des horreurs passées et certainement pas œuvrer pour le progrès.

« Joseph, tu m'escagasses ! » comme disait Bouzigues au père de Marcel dans le Château de ma Mère !

Source:http://sayed7asan.blogspot.fr/2016/01/assimilation-des-musulmans-francais.html#sthash.tkDA7dOO.dpuf

03/09/2015

CAMINANTE 4

Antonio Machado, le grand poète espagnol, était un de ces fugitifs. Il devait finir ses jours, peu après et non loin, à Collioure, trois jours avant sa vieille mère. Un destin tragique, encore une histoire de chemin :

« Caminante, son tus huellas (Voyageur, ce sont tes traces)

el camino y nada más ; (le chemin et rien d'autre émoticône wink

caminante, no hay camino, (toi qui marches, il n'y a pas de chemin,)

se hace camino al andar. (le chemin se fait en marchant.)

Al andar se hace camino (Le chemin se fait en marchant)

y al volver la vista atrás (et en regardant en arrière)

se ve la senda que nunca (on voit le sentier qui jamais)

se ha de volver a pisar. (ne se laissera fouler à nouveau.)

Antonio_Machado_por_Leandro_Oroz_(1925).jpg

photo : Antonio Machado por Leandro Oroz 1925.