Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/01/2015

ÉCOLE ? DES NOUVELLES DU FRONT.

Permettez ce billet qui nous éloigne de notre Sud mais qui concerne la nation, notre maison commune. A Mayotte, le fonctionnement de l'administration rappelle encore beaucoup ce qui se passait au temps des colonies : son passage, considérant son renouvellement trop rapide, se faisant au détriment du département, parait ne profiter qu’à elle. Concernant les fonctionnaires de terrain, un système de primes pervertit quelque peu la sincérité de l'engagement personnel. Revenons à la caste supérieure des hauts fonctionnaires qui ici, fait encore plus l'effet d'un État dans l’État. Presque dans une situation d'expatriés, ils viennent faire leurs preuves, se faire bien voir pour bénéficier d'une promotion au retour. L’île n'est qu'un tremplin à l’avancement. Ainsi le carriérisme semble prendre le pas sur l'engagement dans l'intérêt général.  Dans l’Éducation Nationale, ces servants du jacobinisme le plus étroit répercutent sans le moindre état d’âme les lois venues de Paris : ainsi, il faut avant tout obéir à la loi serait-elle mauvaise, au nom d’une constitution qui, paradoxalement, permet la main-mise sur tous les pouvoirs par le président et son groupe majoritaire. Et si le devoir de réserve allait traditionnellement dans le sens de  l’efficacité, en présence d’un marasme généralisé et conforté par près d’un demi-siècle d’impuissance étatique, sa stricte observance nous prive de la remise en question des orientations décidées en haut lieu (même en interne celui qui ne bêle pas avec le troupeau, traité tel une mauvaise herbe, voit son cursus professionnel pénalisé... je parle en connaissance de cause). Pour prendre un exemple concret, ces dérives et ces travers se manifestent pleinement lorsqu’il s’agit d'imposer une réforme des rythmes scolaires inadaptée sous un climat tropical, inapplicable alors qu'un même local sert pour deux classes, injuste parce que l’effort de l’État par enfant est quatre fois moindre ici qu’en métropole ! Ne parlons pas des cantines, du transport scolaire qui n'existent pas. Faut-il préciser aussi que les mairies sont sous tutelle parce qu’en faillite ?
C’est malheureusement dans ce cadre et ce syndrome de sinistrose que j’ai entrepris de ne pas passer sous silence ces dévoiements qui corrompent les idéaux républicains et démocratiques.
Ci-dessous, le billet du 18 janvier 2015.
(Pour ceux qui seraient intéressés, les articles figurent sur
https://www.facebook.com/MayotteEnDanger
ou  http://dedieujeanfrancois.blogspot.com/
ou http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-bas-peuple-grimace-les-hauts-162276).

Lire la suite